Capture2.PNG

PLATEFORME est un jeune collectif né en 2016, rassemblant une dizaine d’acteurs aux parcours divers qui entrent dans la vie professionnelle. 

Notre histoire est récente, et c’est de notre soif et de notre volonté de choisir les voies de notre propre formation collective en créant ensemble des espaces d’apprentissage et d’expérimentation, parallèlement à nos parcours individuels d’acteur, que nous avons dans un premiers temps inventé LES PLATEFORMES. Une formation continue pour laquelle nous invitons des artistes : metteurs en scène, chorégraphes, auteurs, vidéastes, musiciens, etc… à travailler avec nous. Nous nous réapproprions alors nos projections théâtrales hétérogènes tout en les nourrissant des diverses rencontres. De ces interstices de travail peuvent naitre des folies, des erreurs, des dérives, qui font avancer la façon de faire et de considérer le théâtre actuel.

 

Une sédimentation forte, une mémoire collective à même de nourrir notre travail, qui aujourd’hui, après TRAFIC en 2017, ouvrent les voies d’une seconde création en tant que compagnie PLATEFORME.

Se frotter à tous les genres, pour en découvrir les possibles. Choisir et diversifier nos espaces de jeu, ne jamais définir des formes a priori, mais prendre toujours le risque d’être à nu pour en trouver des nouvelles, voilà ce qui nous importe !

Avec la volonté continue d’aller à la rencontre du réel. Le réel que nous vivons mais aussi celui des gens que nous côtoyons, voyons, imaginons. Que le théâtre soit le débordement par lequel nous découvrons la pensée, l’existence, les rêves de ceux que nous ne sommes pas. Qu’il soit une force à même de faire surgir nos désirs d’existence. Qu’il atteste d’un nouveau rapport au monde et œuvre à la transformation effective de ce dernier.

Après TRAFIC en 2017, qui abordait la question de la traite des êtres humains et des réseaux de prostitution, Guillermina Celedon sera de nouveau à la mise en scène, ainsi qu'interprète, aux côtés des acteurs du collectif, pour créer, de nouveau dans l'espace public : Seul.e.s

L'équipe

Capture d’écran 2022-06-17 à 13.56.06.png

Bercée par un théâtre de geste mélangeant mime, danse et cirque, au sein du Teatro del Silencio, j’ai fait mes premiers pas sur scène à l'âge de 9 ans, dans "Alice Underground", qui tournera en Europe et Amérique Latine (1999-2001). En l'an 2000, je participe au spectacle "Les hommes en noir". 

Puis, je joue dans "Paraiso" ( 2007-8-9) et "Musée du Bout du Monde" (2011-12-13). 

De 2011 à 2014, je suis au conservatoire Jacques Ibert à Paris, suivant les cours d'Emilie Anna Maillet et d’Eric Fray et le cursus danse pour acteur de Nadia Vadori-Gauthier.

En parallèle de ma dernière année au conservatoire, dédiée à la mise en scène, j’intègre la Compagnie C.O.C / Crée ou Crève et joue dans HIC SUNT LEONES (2013-14) puis dans Patch 2016, sous la direction de Pierre Vincent Chapus.

 

De 2014 à 2018, je joue en France et International, dans Doctor Dapertutto (2014-17) puis dans Oh! Secours et Cap au Cimetière (2017-18) trois créations du Teatro del Silencio qui proposent un travail entre la Cie. et des groupes amateurs allant jusqu'a 70 personnes.

Cette aventure de partage et de transmission, d’amour du théâtre à travers un travail très délicat et particulier, me nourrit et m’enrichit.

 

En 2016-2017, je m’engouffre dans PLATEFORME, et dirige le premier spectacle de la Cie, en prenant la création à bras le corps, avec la mise en scène de "TRAFIC", une pièce qui parle de la prostitution et du trafic sexuel. Lauréat d’"Ecrire pour la Rue" puis d’"Auteurs d’Espaces" – Concours Sacd, TRAFIC joue dans plusieurs festivals de théâtre de rue . 2017 : Les Rencontres d’Ici et d’Ailleurs, Chalon dans la Rue Off, Festival Sens Interdits. 2018 : Les Turbulentes, Art’R à L’Espace Périphérique –Parc de la Villette à Paris, Festival d’Aurillac In et Cergy-Soit !

 

J’ai la chance que le Moulin Fondu- Cie Oposito me propose de m’accompagner dans cette aventure en tant que producteur délégué.

 

En 2018, parallèlement, je joue dans Trauma, de Torsten Buchsteiner, à la Maison des Métallos, une pièce sur les violences faites aux femmes, mise en scène par Alexandra Lacroix et Andreas Westphalen.

 

En 2019, je commence des recherches, l’écriture… la création de Seul.e.s. 

Touchée par les inégalités sociales. Une rencontre me frappe et mon désir de mettre le focus sur la monoparentalité, théâtralement dans les rues, me hante. Ces situations familiales, communes et banalisées m’interrogent. 

Seul.e.s questionnera la solitude, la parentalité, le silence sur la précarité qui peut toucher ces familles. 

Nos clients

L'ÉQ
UIPE

I'm a paragraph. Click here to add your own text and edit me. It’s easy. Just click “Edit Text” or double click me to add your own content and make changes to the font. 

Read More